Pocket Jeunesse. 408 pages. 2021.

Résumé

Dans le grand silence blanc de l’Antarctique, les membres d’une mission des Expéditions polaires françaises s’activent à prélever des carottes de glace. L’épaisseur de la banquise atteint plus de 1 000 mètres, les couches les plus profondes remontant à 900 000 ans…

C’est alors que l’incroyable intervient : les appareils sondeurs enregistrent un signal provenant du niveau du sol. Il y a un émetteur sous la glace. La nouvelle éclate comme une bombe et les journaux du monde entier rivalisent de gros titres :  » Une ville sous la glace « ,  » Un cœur sous la banquise « , etc. Que vont découvrir les savants et les techniciens qui, venus du monde entier, forent la glace à la rencontre du mystère ?

Reportage, épopée et chant d’amour passionné,
La Nuit des temps est tout cela à la fois.

Coucou !

Ma première LC du Galactic BookClub de Marion @snodza du mois de février et auteur que je découvre pour le challenge 12 auteurs en 2022 de Charlène @elyrelle89

Bon, je vais être honnête, je suis très mitigée 🤔

Le roman date de 1968, il est sexiste, raciste et grossophobe. Voilà, si vous ne l’avez pas lu, vous êtes prévenu.

L’histoire d’amour entre Elea et Païkan est belle bien que malaisante, sur le fait que ce soit un ordinateur qui est calculé leur compatibilité, Barjavel était en avance sur son temps pour les sites de rencontre 😂, mais ils sont en fait conditionnés à leur choix qui finalement n’en est plus un.

Je comprend le message sur la dénonciation de la guerre et que les humains sont monstrueux et le seront toujours, de plus chacun aura quelque chose à reprocher au système en place mais c’est vrai qu’en général ce n’est pas approfondi.

La vie d’il y a 900000 ans est un peu tirée par les cheveux mais je suis bon public, je prend le côté farfelu.

Pour les scènes de sexe, ça n’apporte rien à l’histoire c’est vrai mais je les ai trouvées assez poétiques.

Je ne parle pas de Simon, qui est censé être l’un des personnages principaux, parce qu’en fait pour moi il n’est qu’un personnage de transition pour Elea et je ne l’ai pas trouvé très intéressant.

J’ai trouvé la fin assez belle bien que cruelle.

En bref, ce livre réduit la femme à sa beauté (on en aura bouffé des descriptions des seins magnifiques d’Elea), l’homme à sa soit disant intelligence (on parle pas de la mysoginie de certains), l’humanité à ce qu’il y a de plus mauvais (l’humain ne changera jamais). L’Histoire se répète encore et encore.

Je suis peut être dure et je suis désolée pour ceux qui l’ont lu et qui l’ont apprécié. Je veux bien avoir vos avis en commentaire si vous voulez en parler.

Belles évasions livresques à vous !