Février 2020, Livres

Kouty, mémoire de sang d’Aïda Mady Diallo

Je l’ai emprunté à ma sœur pour le Feminibooks Challenge, lire une autrice noire, il rentre aussi dans le challenge vers l’été avec une lecture pour le menu voyage lire un livre d’un.e auteurice d’Afrique.

Résumé

Gao, Mali, 6 mars 1984. Le village est attaqué par une bande de pillards touaregs. La famille de Kouty, une fillette de dix ans, est massacrée sous ses yeux par quatre hommes : le corps chétif de son petit frère est fracassé contre un mur, son père est égorgé pendant qu’il assiste au viol de sa femme, la mère de Kouty se suicide peu après en s’immolant par le feu…Kouty est le récit de la longue vengeance de cette fillette. C’est aussi une partie de l’histoire de l’Afrique qui vit longtemps le peuple noir capturé et vendu comme esclave par les seigneurs du désert. C’est surtout le premier roman noir écrit par une jeune femme africaine.

Mon avis

Il commence durement pour qu’on comprenne pourquoi cette jeune fille part dans une vengeance.

Cest une histoire pleine de violence qui m’a rendue mal à l’aise. Je m’explique, en tant que privilégiée (femme blanche française vivant en France), je me suis retrouvée face à des horreurs innomables que je ne voulais pas voir. Honnêtement, on ferme les yeux sur ses violences pour ne pas y penser. Ce livre aura eu le mérite de me faire prendre conscience de certaines choses. Malheureusement, du fait de ne pas réussir à m’identifier à Kouty je n’ai pas réussi à être réellement dans l’émotion de ses sentiments débordants.

Voir sa famille se faire tuer sans raison aucune à part la bêtise humaine dès les premières lignes et revoir cette scène à répétition à chaque fois que Kouty se retrouve confrontée à l’un des meurtriers, était assez lourd. J’ai compris l’effet que voulait faire l’autrice en répétant cette scène mais je suis passée à côté.

La vengeance de Kouty, même si elle peut se comprendre, n’est pas justifiable pour moi, je dis bien pour moi. Surtout qu’elle fait preuve de stratagèmes et de violences dignes de ces meurtriers qui lui ont tout pris. Du vrai sadisme à mes yeux.

Je suis désolée de ne pas avoir réussi à apprécier cette lecture à sa juste valeur. Je pense qu’il faut avoir vécu la même chose pour comprendre ce qu’a ressenti Kouty toutes ces années. L’imaginer n’est pas suffisant et la juger n’est pas de mon ressort. Si je la croisais dans la rue, je n’aurai certainement pas peur d’elle mais peur pour elle. J’aurais aimé qu’elle s’ouvre plus tôt à sa famille d’adoption.

Conclusion

Visions horribles des massacres africains mais trop loin de moi pour comprendre les choix de l’héroïne.

Bonne lecture !

2 réflexions au sujet de “Kouty, mémoire de sang d’Aïda Mady Diallo”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s