Janvier 2020, Livres

Le petit prince d’Antoine de Saint Exupéry

Coucou !

Cold Winter Challenge, résolution : relire un livre de son enfance.

Nouvelle lecture ou plutôt relecture car je l’ai lu quand j’avais 15 ans, souvenir lointain d’il y a presque 20 ans (je me sens vieille d’un coup). Je me souvenais du contexte mais pas de mon ressenti. Tout le monde me disait qu’il fallait que je le lise mais j’avais cette impression de ne pas comprendre ce que tout le monde lui trouvait. Ma voisine de l’époque l’avait chez elle, je lui ai donc emprunté. J’ai du passer à côté car il ne m’a pas laissé de souvenir particulier sauf que c’était une jolie histoire.

Résumé

J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait : …  » S’il vous plaît… dessine-moi un mouton ! « 

  • Hein!
  • Dessine-moi un mouton…

J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre. J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

Mon avis

Je comprends mieux maintenant ! Enfin je crois 🤔

Les messages de Saint-Exupéry de sa France des années 40 sont malheureusement les reflets de ce que nous vivons actuellement. « Les grandes personnes » ont perdu leur imagination et leur facilité à s’émerveiller d’un rien comme un enfant.

Je crois qu’à 15 ans je ne connaissais pas assez « les choses de la vie » pour voir ce que « grandir » demandait comme sacrifice. Sacrifice que je n’ai fait que partiellement, je pense, ou du moins j’essaie de retrouver cette faculté d’appréciation des petits moments de bonheur.

La fin est triste mais je reste avec un sentiment d’onirisme et ça me plaît.

Conclusion

Chaques planètes parlent de différentes personnalités aux caractères dominants mais qui sont plus triste les unes que les autres. Est-ce vraiment comme ça que nous souhaitons vivre ? Enfermé dans des tâches, des responsabilités qui au bout du compte ne nous apportent rien ?

Bonne lecture !

2 réflexions au sujet de “Le petit prince d’Antoine de Saint Exupéry”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s