#marsaufeminin 6ème lecture

Edition Livre de poche, 186 pages.

Citation

« Non : s’il faut admirer la Japonaise – et il le faut -, c’est parce qu’elle ne se suicide pas. On conspire contre son idéal depuis sa plus tendre enfance. […] »

« Quand l’Apocalypse aura fait son œuvre, les cités ne seront plus que des forêts de chiottes. »

Résumé

Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l’implacable rigueur de l’autorité d’entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D’erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu’au rang de surveillante des toilettes, celui de l’humiliation dernière. Une course absurde vers l’abîme – image de la vie -, où l’humour percutant d’Amélie Nothomb fait mouche à chaque ligne. Entre le rire et l’angoisse, cette satire des nouveaux despotismes aux échos kafkaïens a conquis un immense public et valu à l’auteur d’Hygiène de l’assassin le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999.

Mon avis

Voilà, je l’ai fini et il m’a plu. L’écriture est fluide et très sympathique à lire.

Le portrait de la Japonaise dépeint par l’autrice m’a fait froid dans le dos. La culture japonaise, la vie en entreprise, le rabaissement des employés sont vraiment décrit de manière à ne pas avoir envie d’y aller. Pourtant, Amélie-San n’a aucune rancune envers ses supérieurs ou collègues, alors qu’elle pourrait vraiment leur en vouloir. Le souci est de comprendre leur culture et leur éducation, ce qui n’est vraiment pas possible si on ne l’a pas vécu.

Le japon reste un pays que j’aimerai visiter dans le futur. Par contre, j’aimerai bien apprendre plus de choses sur ce pays et ces coutumes.

Conclusion

J’ai passé un très bon moment avec ce livre. J’espère que les autres livres de cette autrice sont aussi bien, avec autant d’auto-dérision de la part des personnages. J’ai dans ma PàL « Frappe-toi le cœur » que je lirai sûrement bientôt.

Bonne lecture